Nosocomial infection

  • December-05-06

    Les bactériémies sur cathéters centraux aux soins intensifs représentent un problème non négligeable au Québec. Les taux moyens agrégés d’infection se situent entre 1,01 et 2,71 bactériémies/1000 jours-patients-cathéters, avec un taux global de 1,80/1000 jours-patients-cathéters. Les taux de mortalité associés directement ou indirectement aux bactériémies s’élèvent à 8,8% de façon globale avec un taux de mortalité maximal retrouvé aux soins intensifs pédiatriques de 18,1%. De plus, il est important de noter que 59% des bactériémies à S.aureus aux soins intensifs adultes étaient en fait des SARM. Les soins intensifs adultes demeurent un milieu à haut risque de SARM, supportant un programme de dépistage agressif.

    Ces données démontrent la faisabilité et l’importance de...

  • August-15-06

    Le Laboratoire de santé publique du Québec (LSPQ) de l’Institut national de santé publique du Québec (INSPQ) a mis de l’avant, en janvier 2003, un programme de surveillance des infections envahissantes à Staphylococcus aureus à la suite d'une demande du Comité sur les infections nosocomiales du Québec (CINQ).

    Ce programme vise à documenter de façon continue les prévalences provinciales et régionales de ces infections incluant celles des souches résistantes à la méthicilline.

    Ce rapport présente donc les résultats de la troisième année de surveillance des infections envahissantes à S. aureus tels que réalisés depuis 2003.

    Cette surveillance nous donne pour une troisième année consécutive de l’information pertinente sur le nombre d'infections...

  • July-27-06

    Une augmentation des diarrhées associées au Clostridium difficile (DACD) a été observée dans plusieurs centres hospitaliers (CH) des régions de Montréal, Laval, Montérégie et Estrie depuis le début de l’année 2003. Cette augmentation était associée à une sévérité et une létalité accrues de la maladie [1-3]. À la demande du ministère de la Santé et des Services sociaux, une surveillance provinciale des DACD a été mise en place en août 2004 par l’Institut national de santé publique du Québec (INSPQ) et le groupe de travail de la Surveillance Provinciale des Infections Nosocomiales (SPIN), en collaboration avec l'Association des médecins microbiologistes-infectiologues du Québec (AMMIQ).

    Une prédominance importante de la souche clonale NAP1/027 a été identifiée dans les...

  • July-18-06

    Dans le contexte actuel de pandémie appréhendée et suite à la situation épidémiologique récente du syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS), les intervenants de la santé publique, des centres hospitaliers ou des milieux cliniques doivent continuer à maintenir leurs efforts afin de :

    • Détecter précocement toute situation pouvant mener à l'émergence d'une pandémie.
    • Mettre en place de façon concertée les mesures appropriées de prévention et de contrôle.

    Ce document fait état des recommandations proposées par le Comité sur les infections nosocomiales du Québec (CINQ) au regard des mesures de prévention et de contrôle des infections à mettre en place lors de la préparation et la gestion d'une pandémie éventuelle.

    Les principales stratégies de...

  • June-12-06

    Les infections nosocomiales sont des complications infectieuses bien reconnues survenant suite à la prestation de soins de santé. Le Staphylococcus aureus domine la liste des microorganismes responsables des infections nosocomiales. Au contact des antibiotiques, cette bactérie a acquis progressivement des résistances multiples aux antibiotiques, dont celle à la méthicilline et ce, sans perdre de sa virulence. Le Staphylococcus aureus résistant à la méthicilline (SARM) s'est disséminé progressivement dans la majorité des établissements de soins à l'échelle mondiale incluant le Québec, d'où la première parution en 2000 de lignes directrices pour différents établissements et types de soins sur les mesures de contrôle et prévention des infections à SARM au Québec. Depuis 2000, la situation...

  • March-21-06

    La surveillance provinciale des diarrhées associées à Clostridium difficile (DACD) a été mise en place en août 2004 par l’Institut national de santé publique du Québec (INSPQ) et le groupe de travail de la Surveillance Provinciale des Infections Nosocomiales (SPIN), en collaboration avec l'Association des médecins microbiologistes-infectiologues du Québec (AMMIQ), à la demande du ministère de la Santé et des Services sociaux à la suite d’une augmentation des DACD observée dans plusieurs hôpitaux de la province depuis le début de l’année 2003.

    Cette augmentation était associée à une sévérité et une létalité accrues de la maladie. L’hypothèse initiale de la diffusion d’une souche plus virulente du Clostridium difficile est confirmée par la prédominance dans les...

  • February-20-06

    L’acquisition de Burkholderia cepacia peut avoir des conséquences sérieuses chez les patients atteints de fibrose kystique du pancréas (FKP). Ce microorganisme vit habituellement dans l’eau, le sol et la végétation. Il peut survivre pendant des mois dans un environnement humide mais résiste mal à la sécheresse. B. cepacia présente une résistance naturelle à de nombreuses classes d’antibiotiques. Son pouvoir pathogène est généralement très limité; les patients à risque de s’infecter avec ce microorganisme sont les immunosupprimés, les nouveau-nés, les patients hospitalisés gravement malades et les patients atteints de FKP. Des bactériémies nosocomiales dont des éclosions associées à des solutions intraveineuses contaminées, des infections urinaires et des infections de...

  • February-14-06

    Des cas de gastro-entérite aiguë peuvent être causés par une variété d’agents infectieux dont plusieurs sont responsables d’éclosions nosocomiales. Des bactéries (Salmonella, Shigella, Campylobacter, Escherichia coli O157 :H7, Clostridium difficile), des virus (Caliciviridae, Rotavirus, Adénovirus entériques, Astrovirus, Coronavirus, Torovirus) et des protozoaires (Giardia, Cryptosporidium et Entamoeba histolytica) sont une cause commune d’infection entérique aiguë chez des enfants et adultes des pays développés. Les éclosions de gastro‑entérite infectieuse sont des problèmes relativement fréquents dans les établissements de soins. Même si les virus sont plus souvent impliqués, certains agents pathogènes...

  • November-30-05

    Une augmentation des diarrhées associées à Clostridium difficile (DACD) a été observée dans plusieurs hôpitaux des régions de Montréal, Laval, Montérégie et Estrie depuis le début de l'année 2003. Cette augmentation était associée à une sévérité et une létalité accrues de la maladie. L'hypothèse de la diffusion d'une souche plus virulente a été confirmée récemment par la prédominance dans ces hôpitaux de la souche clonale NAP1/027 (toxinotype III, type 1 EGCP (Électrophorèse sur gel en champ pulsé) Nord-Américain, ribotype PCR 027). Cette souche produit les toxines A et B plus précocement et en quantité beaucoup plus importante que la plupart des autres souches hospitalières, et est également responsable d'éclosions dans des hôpitaux des États-Unis, Grande Bretagne, Pays-Bas...

  • October-27-05

    En février 1999, le sous-comité de surveillance et des laboratoires de l’AMMIQ (Association des médecins et infectiologues du Québec), issu du Groupe de travail sur les antimicrobiens (GRAM), recommandait à tous les laboratoires hospitaliers de participer, sur une base volontaire, à la surveillance épidémiologique des isolats d’entérocoques résistants à la vancomycine (ERV) et d’acheminer toutes ces souches au Laboratoire de santé publique du Québec (LSPQ) de l’Institut national de santé publique du Québec (INSPQ).

    Ainsi, les souches d’E. faecium ou d’E. faecalis présumées être résistantes à la vancomycine sont acheminées au LSPQ pour fins de confirmation de l’identification, des épreuves de sensibilité aux antibiotiques pour l’ampicilline, la vancomycine, la...

Pages

Subscribe to Nosocomial infection