Définition nosologique d'une maladie à déclaration obligatoire : l'asthme professionnel

En décembre 2002, le ministère de la Santé et des Services sociaux a confié à l'Institut le mandat de proposer les définitions nosologiques et les critères nécessaires pour gérer efficacement les maladies à déclaration obligatoire (MADO) par substances chimiques. Ce travail s'est fait en collaboration avec les directions de la santé publique et l'Institut de recherche Robert-Sauvé en santé et sécurité du travail. Ce rapport s'inscrit dans ce mandat.

L'asthme est une affection chronique des voies aériennes caractérisée par des symptômes persistants et paroxystiques (dyspnée, sensation d'oppression dans la poitrine, sibilances et toux), accompagnée d’une obstruction variable du débit aérien, et d’une hyper réactivité bronchique à une variété de stimuli.

L'inflammation des voies aériennes (y compris mastocytes et éosinophiles) ou ses conséquences jouent un rôle important dans la pathogenèse et dans la persistance de l'asthme. L’hyperréactivité est cependant variable et l’obstruction bronchique est, par définition, réversible. Cette hyperréactivité peut être démontrée par une diminution du volume expiratoire maximal/seconde (VEMS) ou du débit expiratoire de pointe (DEP). L’hyperréactivité peut notamment se manifester spontanément, être initiée par des facteurs précipitants ou lors d’un test de provocation bronchique non spécifique à la méthacholine ou à l’histamine.

L’asthme est qualifié de professionnel lorsqu’il est causé par des conditions retrouvées spécifiquement dans le milieu de travail et non par d’autres stimuli rencontrés en dehors du travail.

On distingue traditionnellement deux types d’AP. Le premier est dit « sans période de latence » et se manifeste au cours des 24 heures qui suivent une inhalation de vapeurs, de gaz ou de fumées irritants à des concentrations considérées généralement relativement élevées. Le syndrome d’irritation des bronches (SIB) est donc un asthme induit par des irritants ou par des produits ayant une activité pharmacologique intrinsèque.

Le second type est dit avec période de latence, c’est-à-dire qu’il peut s’écouler quelques mois à quelques années entre le début de l’exposition professionnelle et l’apparition de la symptomatologie respiratoire. Dans ce type d’asthme, des mécanismes immunologiques en lien avec des substances de haut ou de faible poids moléculaire sont en cause.

Auteur(s): 

Sujet(s): 

Type de publication: 

ISBN (imprimé): 

2-550-41642-2

Notice Santécom: