Comité sur les infections nosocomiales du Québec

Membres du comité

Boissonneault, Karine
Direction des soins infirmiers, Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux de la Capitale-Nationale

Doualla-Bell, Florence
Fafard, Judith

Laboratoire de santé publique du Québec

Dubreuil, Bruno
Services d'hygiène-salubrité, lingerie et déchets biomédicaux, Hôpital du Sacré-Coeur

Frenette, Charles
Centre universitaire de santé McGill

Galarneau, Lise-Andrée
Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux de la Mauricie-et-du-Centre-du-Québec

Gourdeau, Marie
Roy, Marie-Claude
Trépanier, Pascale

Centre hospitalier universitaire de Québec - Université Laval

Grenier, Dominique
Hudson, Patricia

Massicotte, Josée
Villeneuve, Jasmin

Direction des risques biologiques et de la santé au travail

Laliberté, Denis
Direction régionale de santé publique de la Capitale-Nationale

Longtin, Yves
Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux du Centre-Ouest-de-l’Île-de-Montréal

Martin, Philippe
Microbiologie médicale et infectiologie, Maladies infectieuses, Centre hospitalier universitaire de Sherbrooke

Moisan, Danielle
Centre intégré de santé et de services sociaux du Bas-St-Laurent

Paquet-Bolduc, Bianka
Institut universitaire de cardiologie et de pneumologie de Québec

Paré, Renée
Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux du Centre-Sud-de-l’Île-de-Montréal

Perna, Silvana
Direction de la prévention et du contrôle des maladies infectieuses, Ministère de la Santé et des Services sociaux du Québec

Savard, Patrice
Centre hospitalier de l’Université de Montréal

Membres de l’INSPQ participant au CINQ

Anctil, Geneviève
Charest, Josiane
Desjardins, Fanny
Parisien, Natasha
Richard, Chantal

Direction des risques biologiques et de la santé au travail

Prenez note que cette liste est par ordre alphabétique.

  • 11 décembre 2014

    Cette fiche présente une mise à jour des recommandations du Comité sur les infections nosocomiales du Québec (CINQ) sur les mesures de prévention et de contrôle de la maladie à virus Ebola pour les hôpitaux du Québec. Les caractéristiques de l'évolution de l'épidémie en Afrique de l'Ouest corroborent la notion de transmission par contact et par gouttelettes. La transmission par voie aérienne, entre autre lors des activités générant des aérosols (AGA), demeure théorique. Toutefois, tenant compte de la létalité élevée et de la contamination de l'environnement par les liquides organiques (sang, vomissements, selles, etc.), le CINQ recommande un niveau de mesures plus élevé. Cette mise à jour tient compte des dernières recommandations émises par les Centers for Disease Control and...

  • 10 novembre 2014

    Cette fiche présente les recommandations du Comité sur les infections nosocomiales du Québec (CINQ) sur les mesures de prévention et de contrôle de la maladie à virus Ebola pour les hôpitaux du Québec. Nonobstant la transmission de la maladie par contact et gouttelettes, le CINQ propose des mesures plus importantes pour prendre en compte une possible transmission aérienne, une contamination importante de l'environnement par le sang, les liquides organiques, les sécrétions ou les excrétions ainsi qu'une létalité élevée de la maladie à virus Ebola.

    Les hôpitaux doivent mettre en place les mesures nécessaires afin d'empêcher toute transmission de la maladie à virus Ebola. La quantité de matériel à se procurer pourra différer selon qu'un hôpital soit désigné ou non pour la prise en...

  • 26 septembre 2014

    Cette fiche présente les recommandations du Comité sur les infections nosocomiales du Québec (CINQ) sur les mesures de prévention et de contrôle de la maladie à virus Ebola pour les hôpitaux du Québec. Nonobstant la transmission de la maladie par contact et gouttelettes, le CINQ propose des mesures plus importantes pour prendre en compte une possible transmission aérienne, une contamination importante de l'environnement par le sang, les liquides organiques, les sécrétions ou les excrétions ainsi qu'une létalité élevée de la maladie à virus Ebola.

    Les hôpitaux doivent mettre en place les mesures nécessaires afin d'empêcher toute transmission de la maladie à virus Ebola. La quantité de matériel à se procurer pourra différer selon qu'un hôpital soit désigné ou non pour la prise en...

  • 29 août 2014

    An outbreak of Ebola virus disease has been ongoing in West Africa since March 2014. It is the largest outbreak known to date. Although low, the threat of importing Ebola virus disease cannot be excluded. Ebola virus disease has a fatality rate of 50% to 90%.

    This fact sheet sets out the recommendations of the Comité sur les infections nosocomiales du Québec (CINQ) for Ebola virus disease prevention and control measures for Québec hospitals. Notwithstanding the transmission of the disease through contact and droplets, the CINQ recommends stronger measures to take into account possible airborne transmission, significant environmental contamination by blood, body fluids, secretions or excretions, and high Ebola virus disease fatality.

    Hospitals must implement the measures...

  • 20 août 2014

    Une épidémie de maladie à virus Ebola sévit en Afrique de l’Ouest depuis mars 2014. Il s’agit de la plus importante épidémie connue à ce jour. Bien que faible, le risque d’importation de la maladie à virus Ebola ne peut pas être exclu. La maladie à virus Ebola se caractérise par une létalité de 50 à 90 %.

    Cette fiche présente les recommandations du Comité sur les infections nosocomiales du Québec (CINQ) sur les mesures de prévention et de contrôle de la maladie à virus Ebola pour les hôpitaux du Québec. Nonobstant la transmission de la maladie par contact et gouttelettes, le CINQ propose des mesures plus importantes pour prendre en compte une possible transmission aérienne, une contamination importante de l’environnement par le sang, les liquides organiques, les sécrétions ou...

  • 12 août 2014

    La surveillance est l'élément central d'un programme de prévention et contrôle des infections (PCI). Pour que les données issues de cette surveillance soient comparables entre des périodes ou des lieux différents, il est essentiel d'utiliser des définitions communes. Bien qu'il existe depuis plusieurs années de telles définitions pour les milieux de soins aigus, ce genre de références n'existait pas encore, au Québec, pour les milieux de soins de longue durée. Ce document vient donc combler ce vide. Rappelons que la surveillance des éclosions demeure l'activité minimale et prioritaire à privilégier en milieux d'hébergement et de soins de longue durée. Le présent document devrait toutefois permettre aux équipes de PCI qui le souhaitent, d'effectuer une surveillance au cas par cas de...

  • 8 juillet 2014

    De par sa nature, le Norovirus est un microorganisme très contagieux. En milieux de soins, plusieurs éclosions de gastro-entérite à Norovirus sont déclarées chaque année, touchant tant les patients ou les résidents que le personnel de soins. Le contrôle de ces éclosions est quelquefois si difficile que la fermeture des unités touchées aux nouvelles admissions est requise. Il peut en découler d'importants impacts dont une atteinte à l'accessibilité aux soins.

    Afin de tenter de limiter la fermeture des unités de soins touchées et de maintenir l'accessibilité aux soins, le présent document apporte des précisions aux recommandations existantes sur le contrôle des éclosions de gastro-entérite virale (Norovirus) en milieux de soins. Il vise à guider une prise en charge rapide et...

  • 17 décembre 2013

    Chaque année, les urgences du Québec reçoivent plus de 3 millions de patients qui arrivent sur pieds ou par ambulance, incluant plusieurs cas d'infections transmissibles. Au Québec, des documents de référence sont disponibles à propos de l'organisation et l'aménagement des urgences. Toutefois, peu de recommandations visant la prévention et le contrôle des infections (PCI) adaptées pour la pratique dans un contexte de soins d'urgence sont actuellement disponibles dans la littérature.

    Le présent document s'inscrit dans le cadre de l'action 8 du Plan d'action sur la prévention et le contrôle des infections nosocomiales 2010-2015 du ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS). Il vise à émettre des recommandations quant à la PCI dans les urgences des milieux hospitaliers...

  • 17 décembre 2013

    Divider curtains are often used in health care settings to surround patient’s bed and provide privacy. Many factors contribute to the concern that these curtains are a potential source for the transmission of pathogenic microorganisms: 1) caregivers and patients touch curtains frequently; 2) in some settings, curtains are not often cleaned or changed; 3) health care workers and patients who handle curtains do not necessarily cleanse their hands before (or after) touching them.

    In May 2011, the Comité sur les infections nosocomiales du Québec (CINQ) was asked to provide its opinion on the frequency of cleaning and the precautions to be taken to ensure the safe handling of divider curtains. The purpose of this document is to review the evidence on the role of divider curtains in...

  • 25 octobre 2013

    Malgré la mise en place de mesures de prévention et contrôle des infections dans les milieux de soins, des éclosions de grippe nosocomiale surviennent occasionnellement. Certaines de ces éclosions sont si sévères que la fermeture aux nouvelles admissions dans les unités de soins touchées et la suspension des transferts sont requises ce qui peut avoir d'importants impacts notamment sur l'accessibilité aux soins.

    Le présent document apporte des précisions aux recommandations existantes dans l'objectif de guider les milieux de soins touchés par une éclosion majeure de grippe nosocomiale dans la prise en charge de la situation afin de tenter de limiter la fermeture des unités de soins touchées et de maintenir l'accessibilité aux soins. À moins d'une situation exceptionnelle, une...

Pages

Souscrire à Comité sur les infections nosocomiales du Québec