Autotest du VIH

  • Qu’est-ce que l’autotest du VIH?

    Une personne se procure et effectue elle-même le test dans le lieu de son choix. Elle obtient son résultat immédiatement (comme pour un test de grossesse à domicile). Si le résultat est négatif, elle n’a pas à se déplacer pour rencontrer un professionnel de la santé concernant son test. Comme pour tout autre test de dépistage du VIH, il faut tenir compte de la période fenêtre pour interpréter le résultat négatif. Si le résultat est positif, elle doit rencontrer un professionnel de la santé pour effectuer un test de laboratoire qui confirmera ou infirmera la présence de l’infection.

    Source :

    • Mettre en œuvre l’autodépistage du VIH au Canada, Foire aux questions pour professionnel-les des soins de santé et intervenant-es communautaires, REACH 3.0, MAP Center for Urban Health solution
  • Comment l’autotest du VIH s’inscrit-il dans les stratégies de dépistage du VIH?

    L’autotest du VIH s’ajoute aux stratégies existantes telles que le dépistage standard en milieu clinique et le dépistage au point de service à l’aide d’une trousse de dépistage rapide. Cette nouvelle alternative vise à accroître le recours au dépistage du VIH. Elle pourrait permettre de joindre des personnes vulnérables ou à risque élevé de contracter l’infection par le VIH qui ne se feraient pas dépister autrement.

  • Quels sont les avantages et préjudices de l’autotest?

    Plusieurs revues systématiques et méta-analyses démontrent les avantages de l’autotest soit : l’acceptabilité (Pai, 2013), l’intérêt des personnes vulnérables au VIH et leur préférence (Pai, 2013, Qin, 2019), l’augmentation de la probabilité d’aboutir au dépistage du partenaire (Pai, 2013), l’autonomisation des personnes (Qin, 2019), l’augmentation de la fréquence du dépistage (Johnson, 2017), une augmentation de la probabilité de trouver de nouvelles infections (Johnson, 2017) et l’élargissement de l’offre de service (Qin, 2019).

    Les préjudices semblent absents et l’augmentation des comportements à risque minime (Johnson, 2017). Des recherches supplémentaires sur le soutien et l’arrimage avec les services pour le test de confirmation, la prévention, le traitement et les soins sont nécessaires (Pai, 2013).

  • Quelles sont les comparaisons possibles avec la trousse de dépistage rapide utilisée au point de service?

    L’autotest VIH INSTI® est semblable au « test de dépistage rapide » approuvé pour le dépistage au point de service (INSTI HIV-1/HIV-2 Antibody Test®). Il est produit par le même fabricant.

    Il se compare à d’autres autotests comme les tests de diabète ou de grossesse : une personne effectue elle-même son test et voit le résultat en quelques minutes.

    Source :

    • Mettre en œuvre l’autodépistage du VIH au Canada, Foire aux questions pour professionnel-les des soins de santé et intervenant-es communautaires, REACH 3.0, MAP Center for Urban Health solution
  • Quelle est la sensibilité et la spécificité de l’autotest VIH INSTI®?

    L’autotest VIH INSTI® est très sensible et spécifique. Les essais cliniques montrent une sensibilité de 99,6 % (c’est-à-dire le pourcentage de résultats qui seront réactifs en présence du VIH). Cela signifie qu’on peut s’attendre à un maximum de 4 résultats faussement négatifs parmi 1 000 autotests chez des personnes séropositives.

    La spécificité (c’est-à-dire le pourcentage de résultats qui seront négatifs en l’absence de VIH) de l’autotest VIH INSTI® a été établie à 99,5 % dans une étude canadienne où l’autotest était effectué par des utilisateurs non formés. Cela signifie que l’on peut s’attendre à un maximum de 5 résultats faussement positifs sur 1 000 autotests chez des personnes séronégatives.

    Pour garantir une précision maximale de l’autotest, il est extrêmement important que les personnes qui l’utilisent lisent attentivement et suivent toutes les instructions fournies dans la trousse. Même si le test est utilisé conformément aux instructions, il y aura un petit nombre de résultats faussement négatifs ou faussement positifs.

    Source :

    • Mettre en œuvre l’autodépistage du VIH au Canada, Foire aux questions pour professionnel-les des soins de santé et intervenant-es communautaires, REACH 3.0, MAP Center for Urban Health solution
  • Comment se procurer l’autotest?

    Actuellement, une personne peut acheter en ligne l’autotest sur le site du fabricant.

    Aucun programme gouvernemental actuel ne prévoit fournir des trousses gratuites ou à prix réduit aux canadiens qui souhaiteraient utiliser l’autotest VIH.

    Un projet de recherche sera déployé en 2021 et permettra aux personnes de se procurer un test gratuitement auprès de certains organismes communautaires.

    Source :

    • Mettre en œuvre l’autodépistage du VIH au Canada, Foire aux questions pour professionnel-les des soins de santé et intervenant-es communautaires(le lien est externe), REACH 3.0, MAP Center for Urban Health solution
  • Comment effectuer l’autotest?

    La personne qui utilise l’autotest VIH INSTI® doit suivre les instructions qui l’accompagnent pour réaliser la ponction capillaire (doigt), faire le test et interpréter le résultat. Le test détecte la présence d’anticorps anti-VIH 1 et 2 à partir d’une goutte de sang prélevée sur le doigt. L’ensemble du processus peut prendre aussi peu de temps qu’une minute. Chaque trousse de test ne peut être utilisée qu’une seule fois.

    Une vidéo présente le fonctionnement du test : https://youtu.be/yx2EztnGJ9Y

    Source :

    • Mettre en œuvre l’autodépistage du VIH au Canada, Foire aux questions pour professionnel-les des soins de santé et intervenant-es communautaires, REACH 3.0, MAP Center for Urban Health solution
    • INSTI HIV Self Test Training Video, bioLytical Laboratories
  • Comment se présente le résultat?

    Résultat négatif : Un point signifie signifie que le résultat du test est négatif (non réactif). Il s’agit du point de contrôle du test. Il est situé dans le haut, près du C.

    Résultat positif : Deux points signifient que le résultat du dépistage est positif (réactif).

    Résultat non valide : Aucun point ou un point dans le bas du test indiquent que le test n’a pas fonctionné et le résultat ne peut pas être interprété. Le point de contrôle doit être visible afin d’indiquer que le dépistage a été effectué correctement.

    Source :

    • Mettre en œuvre l’autodépistage du VIH au Canada, Foire aux questions pour professionnel-les des soins de santé et intervenant-es communautaires, REACH 3.0, MAP Center for Urban Health solution
  • Que doit faire la personne si le résultat est négatif?

    Si le résultat est négatif mais que la personne eu un comportement à risque pour le VIH au cours des trois derniers mois, elle pourrait être dans la « période fenêtre » de l’infection – et il est recommandé de répéter le test après la période fenêtre. Si la personne n’a pas eu de comportement à risque depuis au moins trois mois, le résultat négatif est fiable.

    Si la personne a été exposée dans les 72 dernières heures, elle doit consulter un professionnel de la santé sans délais. Une évaluation pour une prophylaxie post-exposition (PPE) est recommandée. Si jugée pertinente, la PPE doit être amorcée idéalement dans les deux heures suivant l’exposition et moins de 72 heures après l’exposition.

    Source :

    • Mettre en œuvre l’autodépistage du VIH au Canada, Foire aux questions pour professionnel-les des soins de santé et intervenant-es communautaires, REACH 3.0, MAP Center for Urban Health solution
  • Que doit faire la personne si le résultat est positif?

    La personne doit consulter un professionnel de la santé dès que possible et lui dire qu’elle a fait un autotest du VIH et obtenu un résultat positif. L’autotest est un test de dépistage initial. Tout résultat réactif devra être confirmé par un test de laboratoire effectué par un professionnel de la santé pour confirmer ou infirmer l’infection à VIH.

    En attendant le résultat du test de confirmation, la personne doit éviter les comportements à risque pour ne pas transmettre le VIH à ses partenaires.

    Source :

    • Mettre en œuvre l’autodépistage du VIH au Canada, Foire aux questions pour professionnel-les des soins de santé et intervenant-es communautaires, REACH 3.0, MAP Center for Urban Health solution
  • Que doit faire la personne si le résultat est invalide?

    La personne doit refaire le test avec une nouvelle trousse ou consulter un professionnel de la santé pour se faire dépister.

    Source :

    • Mettre en œuvre l’autodépistage du VIH au Canada, Foire aux questions pour professionnel-les des soins de santé et intervenant-es communautaires, REACH 3.0, MAP Center for Urban Health solution
  • À partir de quel moment ce test peut-il détecter le VIH?

    Comme d’autres tests de troisième génération, l’autotest VIH INSTI® détecte les anticorps anti-VIH 1 et 2. Le délai minimal pour détecter l’infection est donc de 3 semaines. Les anticorps anti-VIH sont détectables dans plus de 95 % des cas entre quatre et six semaines après une exposition menant à une infection. La période fenêtre se termine 12 semaines après l’exposition. En effet, les anticorps sont détectables dans 99 % des cas douze semaines après une exposition menant à une infection.

    Source :

    • Mettre en œuvre l’autodépistage du VIH au Canada, Foire aux questions pour professionnel-les des soins de santé et intervenant-es communautaires, REACH 3.0, MAP Center for Urban Health solution
  • Doit-on précéder à l’autotest seul ou en présence d’une autre personne?

    Certaines personnes pourraient choisir de le faire seules, dans le lieu privé de leur choix. D’autres pourraient désirer un certain soutien, avant ou après, voire pendant la procédure d’autotest. Toute personne devrait réfléchir soigneusement à la question afin de savoir si elle veut qu’une autre personne voit son résultat de test au même moment qu’elle. La personne devrait se sentir à l’aise et en sécurité avec quiconque serait présent lors de son dépistage, et dans le lieu où elle l’effectuera; de plus, elle devrait savoir à qui s’adresser si elle a besoin de soutien à un moment ou un autre pour faire face à son résultat de test.

    Source :

    • Mettre en œuvre l’autodépistage du VIH au Canada, Foire aux questions pour professionnel-les des soins de santé et intervenant-es communautaires, REACH 3.0, MAP Center for Urban Health solution
  • Où une personne peut-elle obtenir de l’aide pour effectuer l’autotest?

    Plusieurs mécanismes de soutien sont offerts aux individus qui ont besoin d’aide pour l’autotest :

    • La trousse contient un mode d’emploi complet et facile à suivre pour effectuer le test. Ce mode d’emploi inclut une foire aux questions et les coordonnées pour joindre des services de soutien téléphonique. Le mode d’emploi présente également un code QR à balayer [scan] qui reliera la personne à la vidéo expliquant la procédure de l’autotest.
    • En 2021, le Centre for PRATICS 3.0 / MAP Centre for Urban Health Solutions des IRSC à l’hôpital St. Michael’s de Toronto déploiera un volet sur l’utilisation de l’autotest à travers le pays. Ce volet inclura une plateforme nationale de télésanté et un réseau de pairs navigateurs.

    Des ressources locales et nationales peuvent également répondre aux personnes qui utilisent l’autotest :

    • Info-Santé et Portail VIH/SIDA du Québec : Peuvent diriger la personne vers la ressource la plus appropriée de son territoire (ex. : un milieu clinique pour un test de confirmation, une évaluation pour la prophylaxie pré ou post-exposition, un organisme communautaire pour un soutien psychosocial)
    • Médecin de famille ou autre professionnel de la santé : Peut effectuer le test de confirmation et offrir les soins requis.
    • Clinique de santé sexuelle : peut fournir des services de dépistage et de counseling et offrir les soins requis;
    • Organismes communautaires en matière de VIH/sida : Ces organismes locaux fournissent du soutien à de nombreuses personnes dont les personnes à risque et celles vivant avec le VIH. Ils peuvent répondre à des questions et préoccupations, offrir du soutien psychosocial et référer vers d’autres ressources.
    • CATIE : Un centre national de ressources d’information sur le VIH et l’hépatite C. Écrire un courriel à info@catie.ca ou consulter https://www.catie.ca
    • VIH411 : Cet outil en ligne offre de l’information sur les programmes locaux en VIH et en hépatite C. https://vih411.ca/

    Source :

    • Mettre en œuvre l’autodépistage du VIH au Canada, Foire aux questions pour professionnel-les des soins de santé et intervenant-es communautaires, REACH 3.0, MAP Center for Urban Health solution
  • Quelles formes de soutien peuvent fournir les organismes communautaires aux personnes qui recourent à l’autotest?

    Les autotests sont spécifiquement autorisés pour que les personnes puissent effectuer elles-mêmes leur test. Cela signifie qu’une personne qui utilise un autotest assume la responsabilité de faire le test correctement. Si une personne demande de l’aide à un intervenant communautaire pour effectuer son autotest, ce dernier devrait uniquement guider l’utilisateur de l’autotest à l’aide du mode d’emploi fourni dans la trousse – et ne pas se retrouver dans une situation où il aurait à interpréter le résultat du dépistage ou à établir si la personne est séropositive.

    Si un organisme choisit de fournir ce que l’on appelle un autotest « supervisé », ou « service de supervision de l’autotest » (c’est-à-dire être présent ou sur un lien virtuel pour guider la personne dans le processus d’autotest), l’employé/bénévole de l’organisme NE DOIT PAS :

    • effectuer le dépistage pour le compte du client – et en particulier ne doit pas faire la ponction capillaire du doigt du client car il s’agit d’une pratique réservée à certains professionnels de la santé; et
    • indiquer au client qu’il a le VIH; plutôt, il peut confirmer le nombre de points apparaissant sur le dispositif du test, diriger le client dans le feuillet de mode d’emploi de la trousse pour voir les détails sur l’interprétation du résultat, et rappeler au client que l’autotest du VIH est un test initial qui, lorsque positif (ou « réactif »), nécessite un test de confirmation.

    Une fois qu’une personne a effectué son autotest, un organisme peut jouer un rôle très important en l’orientant vers des cliniques de dépistage pour un test de confirmation, des services de prophylaxie préexposition (PPrE) ou de prophylaxie post-exposition (PPE), et/ou d’autres services selon le cas.

    Source :

    • Mettre en œuvre l’autodépistage du VIH au Canada, Foire aux questions pour professionnel-les des soins de santé et intervenant-es communautaires, REACH 3.0, MAP Center for Urban Health solution