La perspective des parcours de vie en prévention de la violence

Dans le domaine de la santé, la perspective des parcours de vie constitue un modèle conceptuel permettant de comprendre comment, tout au cours de la vie, l’exposition à de multiples facteurs opère sur le développement et le parcours d’une personne, d’un groupe ou d’une cohorte pour en déterminer son état de santé. Le parcours de vie est composé de multiples trajectoires (familiale, éducationnelle, professionnelle, de santé, etc.), de transitions (entrée à l’école, mariage, retraite, etc.), de tournants et d’événements qui sont interreliés et qui se déroulent dans un contexte socioculturel et historique précis [4]. La perspective des parcours de vie s’intègre bien au modèle écologique présenté précédemment puisqu’elle met de l’avant l’influence d’un contexte plus large sur les trajectoires des personnes [4], un contexte qui évolue et se modifie au fil du temps [5]. Les facteurs qui influencent le parcours de vie et la santé se situent donc à plusieurs niveaux et dépassent les simples caractéristiques de l’individu [5,6]. La perspective des parcours de vie reconnaît la dimension temporelle et sociohistorique des trajectoires ainsi que l’influence de facteurs qui se cumulent, se croisent et s’interinfluencent tout au cours de la vie. Aux caractéristiques de cette approche s’ajoute la notion de moments clés et de séquence (timing) (voir encadré 1)1. Cette notion prend toute son importance puisqu’elle permet d’identifier des périodes critiques dans la vie d’une personne propices à des interventions préventives ayant le potentiel d’influencer favorablement l’évolution d’une situation.

L’adoption d’une perspective des parcours de vie permet de comprendre comment la violence vécue tôt peut prédire des expériences de violence plus tard dans la vie, et comment leur accumulation et leur interaction pendant la vie peuvent expliquer des séquelles plus sévères sur la santé [8]. Cette compréhension permet de considérer comment les personnes peuvent être revictimisées dans leurs relations, ce qui peut faciliter l’identification d’actions efficaces pour les aider à sortir des trajectoires violentes. Puisque la violence peut se vivre à tous les âges, il convient d’adopter une vision décloisonnée et de considérer l’ensemble de la vie dans l’analyse du problème, et surtout d’examiner les liens qui existent entre la violence vécue d’un stade à l’autre, notamment pour être en mesure de mieux cibler des périodes pendant lesquelles les efforts de prévention sont plus susceptibles de donner des résultats [9].

En prévention de la violence, la perspective des parcours de vie amène donc à :

  • Dégager des facteurs de risque et de protection communs à plus d’un type de violence;
  • Considérer les multiples expériences de violence qui peuvent survenir au cours de la vie et les liens entre elles;
  • Examiner les mécanismes susceptibles d’expliquer les impacts à long terme de la violence sur l’ensemble des dimensions de la santé;
  • Envisager des solutions qui permettent de prévenir plusieurs types de violence.
  1. La perspective des parcours de vie considère également la notion d’agentivité (agency), c’est-à-dire la construction individuelle de la vie par des choix et des actions qui sont réalisés dans des structures sociales qui offrent des possibilités et qui comportent des contraintes [7].

Dernière modification: 

5 avril 2018